Les chroniques d’un client satisfait.

Le 6 juillet.
 

francois

Je mange au restaurant quatre à cinq soirs par semaine. J’ai essayé tous les restos de Montréal. J’ai mes favoris, évidemment. Néanmoins, à la nouveauté, je reste toujours ouvert; lorsque j’essaie une nouvelle place, je suis discret et je reste dans l’accueil, sans préjugé. La restauration, c’est ma vie, mon gagne-pain, ni plus ni moins. Désormais, sur mon blogue, je vais vous faire découvrir mes restaurants préférés, vous faire connaître leurs propriétaires, leurs chefs, leurs philosophies. Toutefois, je me permets d’aborder ces nouvelles Chroniques d’un client satisfait par une prise de position respectueuse.

Je suis toujours complètement abasourdi lorsque, d’aventure, un serveur veut me vendre de l’eau.

Me vendre de l’eau?!? Déjà que je dois étudier menu et carte des vins, en plus ma soirée devrait commencer par une négociation du prix de l’eau? Quand ça arrive, je fais une montée de lait spectaculaire – et je parle bien ici de la réaction du lait que l’on chauffe dans une casserole, et non des ablutions maternelles involontaires. (Juste pour être certain.)

L’eau, c’est la vie. De tous temps, les citoyens du monde entier ont pu survivre avec de l’eau et du pain. Au Québec, nous sommes privilégiés de pouvoir nous approvisionner gratuitement en eau. Nous avons la chance de posséder en abondance cette ressource naturelle dont la qualité est régie par le Règlement sur la qualité de l’eau potable (RQEP). En vigueur depuis juin 2001, ce règlement prescrit des normes et des contrôles rigoureux sur la qualité de l’eau, positionnant ainsi le Québec parmi les chefs de file mondiaux en matière de gestion de l’eau potable. Le RQEP a succédé au REP, le Règlement sur l’eau potable, resserrant désormais les normes de qualité, la fréquence d’échantillonnage à des fins d’analyse et les actions en cas de non-conformité. 44% des réseaux municipaux s’approvisionnent en eau de surface (fleuves, lacs, rivières), dont la plus importante est… le Fleuve St-Laurent, qui dessert 2,4 millions de personnes. (Un St-Laurent frappé, ça vous dit quelque chose?) En d’autres mots, ça va assez bien côté eau potable au Québec.

Je ne m’attaque pas au cas d’installations provisoires, comme des festivals extérieurs par exemple. Mais lorsque vous avez les installations en place, pourquoi insister pour vendre de l’eau embouteillée dont la qualité n’est pas nécessairement supérieure à celle de l’eau courante? Je vais à votre restaurant, je vais payer une bouteille de vin trois fois le prix coûtant à la SAQ –– svp, abreuvez-moi.

D’autant plus que c’est l’occasion rêvée pour les restaurateurs de se positionner! Achetez de belles bouteilles, aromatisez votre eau au romarin, au citron…

Cela dit…

Les Chroniques d’un client satisfait ne seront pas des critiques, mais des découvertes.

Ce petit coup de gueule passé, vous n’aurez à lire ici que mes coups de cœur, mon enchantement et mon admiration pour les restaurateurs de la ville! Dans la prochaine chronique, le restaurant de quartier Le Silex.

Sources :

Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs, Bilan de la qualité de l’eau potable au Québec (Janvier 1995 – juin 2002), document pdf, http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/potable/bilan03/bilan.pdf

Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs, Règlement sur la qualité de l’eau potable au Québec, brochure en ligne, http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/potable/brochure/index.htm

> 2 commentaires Laisser un commentaire
  1. yveshache

    Source – « Nous vivons l’époque du choc des priorités dans le domaine de l’eau. Trop souvent, les écosystèmes de la planète, ainsi que les créatures qu’ils abritent, humains compris, ne sont pas considérés comme des priorités, protégés ou préservés. Au lieu de répartir, de distribuer et de préserver l’eau de manière à ce que chacun y ait accès, nous plantons des terrains de golf au milieu du désert et nous consacrons 2 400 litres d’eau à la fabrication d’un seul hamburger. »
    http://www.onedrop.org/fr/UnderstandTheWaterCrisis/water-crisis.aspx

    • Rachelle

      Très pertinent, merci pour le lien Yves!