L’explorateur gourmet : en route vers un souvenir.

Le 15 juin.
 

louis

Au fur et à mesure que le train avance en direction de Toronto, la pression du tournage de l’émission s’atténue lentement. En route vers le ressourcement, l’expérimentation et de nouvelles découvertes pour un futur projet.

Au menu ? Le mouvement locavore. De bouche-à-oreille, le mouvement s’est tout récemment introduit à Montréal. Celui-ci promeut la consommation d’aliments entièrement produits et transformés localement, de provenance de moins de 100 à 240 kilomètres de distance… J’ai voulu en savoir plus sur ce concept qui rejoint mes valeurs culinaires. François et moi avons donc décidé de découvrir quelques endroits où rencontrer les adeptes du mouvement, celui-ci étant très bien implanté à Toronto.

Assis sur la banquette donnant sur la fenêtre, je regarde le vaste paysage canadien défiler. Entre deux conversations, mes pensées me ramènent en arrière, au moment où une intuition s’est infiltrée dans mon esprit. C’est l’instant révolutionnaire et déclencheur à la source de mes recherches…

C’était le 14 avril. Le soleil rayonnait et pour l’occasion du « Labo de cuisine », le

salon du Château était rempli de gens influents – des journalistes, des bloggeurs, des célébrités, etc. -. On venait tout juste de sortir notre nouveau menu basé sur mon aspiration du moment : ranimer les classiques québécois. Cet après-midi là, nos invités jouaient aux juges. On leur faisait goûter nos succulents canapés et ils les notaient en nous donnant leurs commentaires. Tous, incluant les employés d’AVOCADO, ont adoré cet événement gastronomique. C’était une réussite inspirante qui déclencha en moi une chaîne de pensées… D’une réflexion à une autre, je me suis rendu compte qu’il manquait un élément important à l’idée de ranimer ces classiques. Un début d’idée m’est apparue : si les aliments à la base de ces recettes québécoises pouvaient parler, que me chuchoteraient-ils ? « Je viens du Saguenay ! Des Îles-de-la-Madeleine ! De Percé ! » J’ai compris à cet instant l’essence de ma mission.

Une parole de François me ramène au train… « Imagine, Louis… un locavore québécois ! ».

 

À suivre…

 

Lisez la suite :

 

 

> Laisser un commentaire